folder Filed in Fabrique du consentement, Guerre / Géopolitique
La parade des hypocrites - sous les feux de la rampe à Paris (par Pepe Escobar)
comment 2 Comments access_time 8 min read

Article de Pepe Escobar, initialement paru en anglais sur le site de sputniknews.com.


La manifestation parisienne de l’union sacrée, honorée de la présence de 40 grands de ce monde a révélé le « deux poids deux mesures » de la liberté d’expression et de la lutte contre le terrorisme.

http://cdn3.img.sputniknews.com/images/101672/86/1016728634.jpg
© AP Photo/ Pablo Martinez Monsivais |—| Les médias des USA critiquent Obama pour son absence lors de la marche à Paris

 

12 Janvier 2015, Beijing 

Une parade d’hypocrisie politique sans précédent. La vision du Général Hollande, conquérant du Mali ; de David d’Arabie Cameron ; d’Angela « laissons les Ukrainiens de l’Est mourir » Merkel ; d’Ahmed « Assad doit dégager » Davutoglu ; et même du Roi Sarko 1er, libérateur de la Libye ; sans parler de Bibi « solution finale » Netanyahou – tous paradant pour la « liberté », « la liberté d’expression », et la « civilisation » contre la barbarie, dans les rues de Paris, ferait trembler de dégoût les plus grands intellectuels de tradition occidentale, de Diogène à Voltaire et de Nietzsche à Karl Kraus.

Vu d’Asie, ce détournement politique paraissait encore plus grotesque. Et pas étonnant qu’une image-montage (ci-dessous) ait fait le buzz à travers le Machrek, centre névralgique des réseaux sociaux arabes : la « marche pour l’unité » à Paris associée à la parade d’Hitler et des nazis se pavanant, la tour Eiffel en arrière-plan. Un montage qui illustre exactement le débat sur la « liberté d’expression ». Sa publication serait-elle autorisée en Une d’un journal occidental, satirique ou pas ?

10391387_10152989632086678_903716188509500143_nL’un des tours de passe-passe que les élites dirigeantes de la civilisation occidentale ont réussi, c’est ce mythe de « la liberté d’expression » — qui va de pair avec le mythe du marché « libre ». « Libre », oui, mais dans le cadre qu’autorisent les maitres de l’univers. Tout discours qui critiquerait le racket atlantiste – géopolitique ou économique, mettrait en lumière les doubles ou triples standards et entrerait dans les détails de ces choses sérieuses–, des crimes financiers aux crimes de guerres, et le plus crucial, le terrorisme sponsorisé par l’Occident – est impitoyablement réduit au silence.

Donc, calomnier l’Islam comme un tout, l’ensemble des 1.6 milliards de musulmans, est acceptable, ou au moins toléré. Mais dénoncer le sionisme est « antisémite ». « Liberté de la presse » ? La chaîne iranienne Press TV est bannie sur tous les territoires atlantistes. RT (Russia Today) est régulièrement ridiculisée, qualifiée de porte-parole d’une dictature « diabolique ». Ces « leaders » paraderaient-ils au Donbass ou à Damas pour défendre la « liberté d’expression » ? N’y pensez même pas.

« Nos » fils de pute OTANesques*

La cerise sur le gâteau, c’est sans aucun doute, le « soutient » offert à la France par la Maison Saoud, laquelle venait de finir le premier round (50 des 1000 coups de fouets) de la flagellation publique du blogueur Raif Badaoui. Son crime : animer un site web libéral en faveur de cette si précieuse « liberté de la presse », mais en Arabie Saoudite.

Oh – s’écrie à l’unisson la horde des éclairés – mais c’est un « royaume conservateur » ! Ils sont évidemment l’un des alliés-clé stratégiques de l’Occident – que ce soit pour tout ce pétrole ou pour ce fabuleux marché d’écoulement de nos stocks d’armement. Ils sont « nos » fils de pute*. Donc oui, ils peuvent se permettre tout et n’importe quoi, sans aucun problème.

La différence c’est que maintenant les maîtres de l’univers ne peuvent plus duper si facilement la majorité du Sud de la planète, qui comprend qu’il n’y a quasiment aucune différence entre la Maison Saoud, les myriades de déclinaisons d’Al Qaïda, et l’EI/ISIS/Daesh – le califat bidon maintenant en possession du « Syrak ».

La racine de tout l’enfer djihadiste est, fondamentalement, le wahhabisme médiéval– et sa vision intolérante et primitive de l’Islam. Pourtant ce phénomène ne peut même pas commencer à être compris par les grands médias occidentaux. Aucune « liberté d’expression » là-dedans. La Maison Saoud et ses comparses, les ploutocrates du golfe Arabo-persique, sont « nos » fils de pute. Ils aident même la coalition dirigée par l’Empire du Chaos à combattre Daesh !

 

http://cdn5.img.sputniknews.com/images/101676/95/1016769531.jpg
© REUTERS/ Youssef Boudlal |—-| Au cœur de la marche pour l’unité à Paris, pour honorer les victimes des terroristes

Même des intellectuels français qui auparavant comprenaient les causes du djihadisme, comme Olivier Roy, se posent des questions sur « les liens entre l’Islam et la violence ». Mauvaise question : aucun rapport avec l’Islam mais plutôt avec l’idéologie et le prosélytisme religieux exportés par les Saoudiens.

La société française n’est pas, en son sein, menacée par la présence musulmane – bien qu’elle soit effectivement menacée par une islamophobie exacerbée. Le problème principal c’est que la France ne sait pas comment intégrer la population musulmane, ce qui produit ce que le sociologue Farhad Khosrokhavar appelle des « terroristes maison ». Ces terroristes made in France commencent comme petits voleurs, d’abord désislamisés puis réislamisés par des imams de quartier et plus encore par la vision des dévastations et des destructions que l’OTAN et l’Empire du Chaos font naître font subir aux terres d’Islam.

L’OTAN, dont fait partie la France, a commis tous les crimes pensables, du bombardement de civils (Libye) au financement/armement pour « soutenir » les soi-disant « rebelles modérés » de Syrie. Et sur le front de la liberté d’expression, ça n’est pas beaucoup mieux. Selon le Tribunal de Bruxelles, au moins 404 journalistes ont été tués depuis l’invasion/occupation de l’Irak par les USA en 2003, dont 374 irakiens. Ils n’ont pas vraiment été pleurés par le gang atlantiste des amoureux de la liberté. Pas plus que n’ont été pleurés les civils irakiens – plus d’un million – décimés par l’Empire du Chaos, en plus de 30 ans de guerre impérialiste. Sans parler des 200 000 Syriens victimes de la guerre « Assad-doit-partir ».

 

Et notre Patriot Act alors ?

 

http://cdn2.img.sputniknews.com/images/101665/71/1016657148.jpg

Sur le front antiterroriste, le cirque post-Charlie est un don du ciel, qui permettra de continuer plein gaz la « guerre contre la terreur ». Tous les supposés coupables sont convenablement morts – donc aucune chance de recoller les morceaux pour comprendre la véritable histoire. Ça aurait pu être Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQAP), ou encore une division du travail entre AQAP et l’EI/ISIS/DAESH ; cela pouvait aussi être un commando de djihadistes agissant en professionnels jusqu’à ce que, comme l’a admis le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve, ils commettent « l’erreur fatale » – quelle délicatesse ! – de laisser une carte d’identité dans la Citroën utilisée pour prendre la fuite.

Le ministère de la Peur a lancé un avertissement mondial sur la « menace continue d’actes terroristes et de violence contre les citoyens et les intérêts des USA à travers le monde ». Il y aura un sommet sur la « sécurité » à la Maison blanche le 18 février – alors même que le ministre de l’Intérieur français souligne la nécessité d’une coopération européenne « d’échange d’informations » à propos des individus qui reviennent du « Syrak ».

Il n’est venu à l’esprit d’aucun expert que « l’Occident » avait lui-même créé le terrain de jeu idéal pour que « ces gens-là » exercent leurs compétences de djihadistes.

Le roi Sarko 1er, comme on pouvait s’y attendre, a le vent en poupe. Son nouveau baratin c’est « la guerre des civilisations » – ce qui, en gros, correspond à la « guerre contre le terrorisme » de « W » (George Bush), mais made in France, ouvrant la voie à un « Patriot Act » français. En vérité, ce qui se joue n’a rien à voir avec la « démocratie », ou la « liberté d’expression », sans parler de cette « guerre des civilisations ». Et, comme on pouvait le prévoir, la seule réponse de l’Occident est de multiplier les tentacules sécuritaires de l’hydre orwellienne de surveillance/sécurité, ce qui mène à une impasse, parce que cela dénote un refus de s’attaquer aux véritables racines du djihadisme.

Prochainement près de chez vous : un Guantánamo made in France sponsorisé par Dior. Rendons grâce au Seigneur pour tous ces politiciens brillants qui nous protègent.


*Allusion à la réponse de Cordell Hull, secrétaire d’État US, à un ambassadeur US qui lui disait que Trujillo, le dictateur de Saint-Domingue, était un « bastard » : « Oui, mais c’est notre ‘bastard’. Phrase aussi attribuée à Truman, Roosevelt et Nixon à propos de divers dictateurs d’Amérique centrale [NdT] 

 


Traduction: Nicolas CASAUX
Edité par Fausto Giudice

consentement manipulation politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire