web analytics

Nous sommes tous [Remplir ici] (par Noam Chomsky)

Article initia­le­ment paru en anglais à l’adresse suivante:

https://zcomm.org/znetar­ticle/we-are-all-fill-in-the-blank/


Le monde a été horri­fié par l’at­taque meur­trière du jour­nal sati­rique français Char­lie Hebdo. Dans le New York Times, le corres­pon­dant euro­péen de longue date Steven Erlan­ger a décrit de manière saisis­sante les suites immé­diates de ce que beau­coup dési­gnent comme le “11 septembre” français. Ce fut “une jour­née au cours de laquelle se succé­dèrent des sirènes reten­tis­santes et des ballets d’hé­li­co­ptères. Une jour­née de fréné­sie média­tique,  de cordons de police, de foules en panique et de jeunes enfants éloi­gnés des écoles par mesure de sécu­rité. Une jour­née, comme les deux qui ont suivi, de sang et d’hor­reur à Paris, et aux alen­tours”. L’im­mense tollé mondial déclen­ché par l’at­ten­tat, fut accom­pa­gné d’ une réflexion sur les racines profondes de cette atro­cité. “Nombreux sont ceux qui  y voient un choc de civi­li­sa­tions”, titrait un article du New York Times.

Les réac­tions d’hor­reur et d’in­di­gna­tion envers ces crimes sont justi­fiées, tout comme la recherche des causes profondes, tant que nous gardons ferme­ment à l’es­prit quelques prin­cipes. La réac­tion devrait être complè­te­ment indé­pen­dante de l’opi­nion qu’on se fait de ce jour­nal et de ce qu’il produit. Les slogans omni­pré­sents du style “Je suis Char­lie”, ne devraient  indiquer, ni même sous-entendre, aucune asso­cia­tion avec le jour­nal, du moins dans le contexte de la défense de la liberté d’ex­pres­sion. Ils devraient plutôt expri­mer une défense de la liberté d’ex­pres­sion quoi qu’on puisse penser du contenu, même si ce dernier est jugé mépri­sant et dépravé.

Et ces slogans devraient aussi expri­mer la condam­na­tion de la violence et de la terreur. Le diri­geant du parti travailliste d’Is­raël et premier chal­len­ger aux élec­tions à venir, Isaac Herzog, a bien raison quand il dit que “Le terro­risme c’est du terro­risme. Il n’y a pas un bon et un mauvais terro­risme” Il a aussi raison de dire que “Toutes les nations qui souhaitent la paix et la liberté font face à un défi énorme” à cause du terro­risme meur­trier – si on met de côté son inter­pré­ta­tion, comme on pouvait le prévoir sélec­tive, du défi.

Erlan­ger décrit de façon frap­pante la scène d’hor­reur. Il cite l’un des jour­na­listes survi­vants: “Tout s’est effon­dré. Il n’y avait aucune issue. Il y avait de la fumée partout. C’était terrible. Les gens criaient. C’était un cauche­mar”. Un autre jour­na­liste survi­vant rapporta “une immense explo­sion, puis tout a été plongé dans l’obs­cu­rité la plus totale”. La scène, rapporta Erlan­ger, “était de plus en plus fami­lière, avec ses débris de verre, ses murs effon­drés, ses boise­ries arra­chées, ses pein­tures déchique­tées et sa dévas­ta­tion émotion­nelle”. Au moins 10 personnes seraient mortes dans l’ex­plo­sion, et 20 dispa­rues, “proba­ble­ment enfouis sous les décombres”.

Ces cita­tions, comme nous le rappelle l’in­fa­ti­gable David Peter­son, ne datent pas de janvier 2015. Elles sont en réalité extraites d’un repor­tage d’Erlan­ger publié le 24 avril 1999, qui n’eut droit qu’à la page 6 du New York Times, n’at­tei­gnant donc pas les dimen­sions média­tiques de l’at­taque contre Char­lie Hebdo. Erlan­ger y décri­vait le “tir de missile sur le siège de la télé­vi­sion d’État serbe »  par l’OTAN (compre­nez : les USA) qui « a réduit au silence la radio-télé­vi­sion serbe”.

128307_bombardovanje20-rts-foto-fonet_origh

Les locaux de la télé­vi­sion serbe bombar­dés par l’OTAN

Il y eut une justi­fi­ca­tion offi­cielle. “L’OTAN et les repré­sen­tants Améri­cains ont défendu l’at­taque”, rapporte Erlan­ger, “comme une tenta­tive de désta­bi­li­sa­tion du régime du Président Slobo­dan Milo­se­vic de Yougo­sla­vie.” Le porte-parole du penta­gone, Kenneth Bacon déclara lors d’un point de presse à Washing­ton que “la télé­vi­sion serbe faisait partie inté­grante de la machine meur­trière de Milo­se­vic, autant que ses forces armées” ce qui en faisait donc une cible légi­time.

Le gouver­ne­ment yougo­slave déclara: “la nation entière soutient le Président Slobo­dan Milo­se­vic”, rapporte Erlan­ger qui ajou­tait: “comment le gouver­ne­ment sait cela avec autant de préci­sion demeure plutôt flou”.

Aucun commen­taire aussi sardo­nique n’est de mise dans ce qu’on peut lire sur la France en deuil et l’in­di­gna­tion mondiale devant cette atro­cité. Il n’est pas néces­saire non plus de cher­cher les causes profondes ni de se deman­der qui repré­sente la civi­li­sa­tion, et qui repré­sente la barba­rie.

Isaac Herzog se trompe donc lorsqu’il affirme que “Le terro­risme c’est du terro­risme. Il n’y a pas un bon et un mauvais terro­risme”. On peut affir­mer qu’il existe un deux poids deux mesures : le terro­risme ne s’ap­pelle pas terro­risme dans le cas d’une attaque bien plus violente, mais menée par ceux qui sont dans leur bon droit de par leur pouvoir. De la même façon, il n’y a pas atteinte à la liberté d’ex­pres­sion quand ces Justes détruisent une chaine de télé­vi­sion soute­nant le gouver­ne­ment qu’ils attaquent.

De la même manière, on comprend faci­le­ment le commen­taire dans le New York Times de l’avo­cat des droits civiques Floyd Abrams, connu pour sa défense passion­née de la liberté d’ex­pres­sion, décla­rant que l’at­taque de Char­lie Hebdo est “l’at­taque la plus menaçante sur le jour­na­lisme de mémoire d’homme”. Il a raison de préci­ser “de mémoire d’homme”, ce qui range déjà les attaques sur le jour­na­lisme et les actes terro­ristes dans deux caté­go­ries : Les leurs, qui sont horribles ; et les nôtres, qui sont vertueux et faci­le­ment effaçables de la “mémoire d’homme”.

hospitaldahr

L’oc­cu­pa­tion mili­taire de l’hô­pi­tal de Falloujah

Nous pour­rions aussi  rappe­ler qu’il ne s’agit là que d’une des nombreuses attaques de ceux qui sont dans leur bon droit contre la liberté d’ex­pres­sion. Citons encore un exemple  qui  est faci­le­ment effacé de la « mémoire d’homme », l’at­taque de Falloujah par les troupes US en novembre 2004, l’un des  crimes les plus épou­van­tables de l’in­va­sion de l’Irak et qui commença par l’oc­cu­pa­tion de l’hô­pi­tal géné­ral de Falloujah. L’oc­cu­pa­tion mili­taire d’un hôpi­tal est, bien évidem­ment, un sérieux crime de guerre en soi, indé­pen­dam­ment même de la manière dont elle a été menée et décrite benoî­te­ment en Une du New York Times dans un article illus­tré par une photo du crime. L’ar­ticle rappor­tait que “les patients et le person­nel hospi­ta­lier furent sortis préci­pi­tam­ment des chambres par des soldats armés qui leur ordon­nèrent de s’as­soir ou de se coucher à même le sol pendant que les soldats leur ligo­taient les mains dans le dos”. Ces crimes furent décrits comme haute­ment méri­toires, et justi­fiés : “L’of­fen­sive a ainsi mis fin à ce que les offi­ciers décri­vaient comme une arme de propa­gande pour les mili­tants : l’hô­pi­tal géné­ral de Falloujah, avec son flux inces­sant de rapports sur les victimes civiles”.

Bien évidem­ment, on ne pouvait permettre à une telle agence de propa­gande de conti­nuer à cracher ses vulgaires obscé­ni­tés.

 

Noam Chom­sky


Traduc­tion: Nico­las CASAUX

Édité par Héléna Delau­nay

Share

2 Comments on "Nous sommes tous [Remplir ici] (par Noam Chomsky)"

  1. “je suis juive, je suis policière” , je suis Charlie” , “je suis ahmed, je suis le policirer, mort pour Charlie” , je suis Charlie” était un des slogans que j’ai pu voir à la manifestation anti-terroriste et le bel hommage à Charlie hebdo _ avant la manifestation simplement 34 % de Français avaient un bon sentiment a propos des personnes hissus de l’immigration (Magreb -Afrique du nord) , je crois qu’aujourd’hui après le grand rassemblement ça a un eu changé. En 2014 ; 7000 personnes juives ont rejoint Israel craignant déja des attentats) où elles serons reçues a bras ouvert et en toute sécurité
    je crois que ce chiffre s’allongera; moi aussi j’ai envie de quitter Paris où on nus annonce déja que ce que nous avons véçu n’est rien pas rapport à ce qui nous attends, alors pour ceux qui partent au beau soleil d’israel pour résumer avec délicatesse et second degrés d’humour , voici un lien, qui vous enseignera que les français vous chambre un peu parfois mais qui résument bien que pour la plupart ils vous aiment .

    les juifs par pierre Desproges

    1986

    http://youtu.be/3IS7K9Pi35I

Leave a comment

Your email address will not be published.


*