folder Filed in Activisme, Antiprogressisme, Environnement / Écologie, Fabrique du consentement, Le mythe du progrès
Des mots chargés ! L'écriture comme discipline de combat (par Derrick Jensen)
comment One Comment
Derrick Jensen (né le 19 décembre 1960) est un écrivain et activiste écologique américain, partisan du sabotage environnemental, vivant en Californie. Il a publié plusieurs livres très critiques à l'égard de la société contemporaine et de ses valeurs culturelles, parmi lesquels The Culture of Make Believe (2002) Endgame Vol1&2 (2006) et A Language Older Than Words (2000). Il est un des membres fondateurs de Deep Green Resistance.
Plus de renseignements sur l'organisation Deep Green Resistance et leurs analyses dans cet excellent documentaire qu'est END:CIV, disponible en version originale sous-titrée français en cliquant ici.
Article source: https://orionmagazine.org/article/loaded-words/

Des mots chargés

L’écriture comme discipline de combat

Récemment, j’ai repensé à ce que j’ai écrit il y a de ça quatorze ans, et qui est devenu un de mes passages les plus cités : « Chaque matin, lorsque je me réveille, je me demande si je devrais écrire ou faire sauter un barrage. » Bien que j’aie foi en mon travail d’écrivain, je savais que ce n’était pas un manque de mots qui tuait les saumons dans le Pacifique Nord-ouest, mais la présence de barrages.

Depuis lors, les choses se sont beaucoup aggravées pour les saumons, comme pour presque tout ce qui vit sur terre. Aujourd’hui, nous connaissons tous les statistiques, ou nous devrions. 200 espèces s’éteignent chaque jour, 90% des grands poissons dans les océans ont disparu, plus de 98% des forêts natives ont été détruites, 99% des prairies, et ainsi de suite. Les indicateurs biologiques tendent pratiquement tous dans la mauvaise direction. Les communautés natives – humaines et non-humaines – sont attaquées. Là où je vis, les populations de grenouilles se sont effondrées, comme celles des tritons, celles des papillons, celles des cousins, des libellules, des limaces, et celles des oiseaux chanteurs. Les populations de corbeaux se sont effondrées. Celles des chauves-souris. Celles des ours laineux, des papillons de nuit, des bourdons et des abeilles sauvages. & il ne s’agit que des espèces dont j’ai remarqué l’effondrement. Les saumons, bien sûr, continuent à disparaître. À ce rythme-là je leur donne 15 ans. Si nous pouvons faire effondrer la civilisation industrielle dans les 15 prochaines années, je pense qu’ils pourraient s’en sortir. Plus longtemps, ils n’y survivraient pas.

Où, alors, l’écriture trouve-t-elle sa place ? Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots peuvent servir d’armes au service de nos communautés. Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots devraient être utilisés comme des armes au service de nos communautés. Depuis bien trop longtemps, trop de critiques et professeurs nous disent que la littérature devrait être apolitique (comme si c’était possible), et que même les essais et les œuvres journalistiques devraient être « neutres » ou « objectifs » (comme si, encore une fois, c’était possible). Si vous voulez envoyer un message, nous ont-ils dit, utilisez Western Union. Il m’est arrivé de discuter avec un écrivain biologiste ayant refusé d’accoler son nom à une campagne de protection d’une espèce à laquelle il avait consacré un ouvrage, et qui affirmait, pour se justifier : « Je suis un écrivain. Je dois rester neutre. »

Tandis que le monde est en train d’être assassiné, une telle posture est inexcusable. C’est immoral. & cela témoigne d’une immense ignorance quant au rôle de l’écrivain. Ces gens-là n’ont-ils donc jamais entendu parler de Steinbeck, Dickens, Crane ou de Victor Hugo ? De Charlotte Perkins Gilman ? De Rachel Carson ? De Frederick Douglass ? Harriet Beecher Stowe ? Alexandra Kollontai ? George Eliot ? Katharine Burdekin ? Zora Neale Hurston ? Andrea Dworkin ? B. Traven ? Upton Sinclair ? Tolstoï ?

Je ne serais pas qui je suis, et je n’écrirais pas ce que j’écris, si je n’avais appris de mes prédécesseurs ayant refusé de croire que les écrivains doivent être apolitiques, neutres ou objectifs. La vérité est plus importante, disent-ils. Plus importante que l’argent. Plus importante que la célébrité. Plus importante que votre carrière. Plus importante que vos préjugés. Suivez la vérité – suivez les mots et les idées – partout où ils vous entraînent. Les mots comptent, disent-ils. L’art compte. La littérature compte. Les mots, la littérature et l’art peuvent changer les vies, et l’Histoire. Assurez-vous que vos mots, votre art et votre littérature orientent les gens, individuellement et collectivement, vers la justice et la soutenabilité. Ils nous ont dit que la littérature qui soutient le capitalisme est immorale. Que la littérature qui soutient le système patriarcal est immorale. Que la littérature qui ne résiste pas contre l’oppression est immorale. Mais également que vous pouviez aider à la création d’une littérature de morale et de résistance, et tout comme chaque nouvelle génération doit créer cette littérature, avec l’aide des générations l’ayant précédée, main dans la main, ceux qui viendront après auront besoin des vôtres.

On m’a aussi appris que l’art pouvait être, était, et, pour être moral, devait être, une discipline de combat.

Reconnaître que l’art peut être une discipline de combat fait partie du processus nécessaire au changement social, mais cela ne fait pas tout. Si trop peu d’entre nous se souviennent que les mots peuvent être des armes, encore moins se souviennent que, comme armes, les mots ne sont pas capables de se battre seuls. Les mots seuls ne détrônent pas les dictateurs, ils ne stoppent pas le capitalisme, l’oppression, l’extinction des espèces, le réchauffement planétaire, ils n’éliminent pas les barrages. Finalement, quelqu’un doit véritablement faire quelque chose. Vient un moment où quelqu’un doit physiquement démanteler les infrastructures permettant la métastase capitaliste, l’oppression, l’extinction des espèces et l’accélération du réchauffement climatique, le maintien des dictateurs et des barrages.

Cette tâche nous incombe à tous.

Un ami et mentor m’a un jour demandé : « Quels sont les problèmes les plus vastes, les plus pressants, que tu peux aider à résoudre en utilisant les dons qui te sont propres dans cet univers ? » Cette question expose précisément là où j’ai réussi en tant qu’écrivain et être humain, et précisément là où j’ai échoué.

Par bien des aspects, on pourrait considérer mon activité d’écrivain comme étant un succès dépassant tout ce dont je rêvais quand j’étais jeune. J’ai écrit 20 livres. Les gens semblent apprécier les lire et se rendre à mes conférences, ce qui m’honore plus que tout. Malgré la vérité du bon vieux cliché sur l’écriture, comme quoi c’est un terrible moyen de gagner sa vie mais une excellente façon de vivre sa vie, écrire m’a au moins permis de subsister financièrement ces dernières années. Plus important que tout ça, cependant, j’ai été fidèle envers ma muse, et j’ai au moins essayé de dire la vérité telle que j’en suis venu à la comprendre. J’ai parfois réussi à articuler certaines de ces choses vraies gravées au fond de mon cœur, et par là-même j’en ai aidé d’autres, je l’espère, à articuler certaines de ces choses vraies qu’ils ont au fond des leurs.

C’est tout, en ce qui concerne le côté positif. Mais le fait est que si nous jugeons mon ouvrage, ou celui de qui que ce soit, selon le critère le plus important de tous, en fait selon le seul qui compte vraiment, c’est-à-dire la santé de la planète, mon ouvrage (et celui des autres) est un échec total. Parce que mon ouvrage n’a pas arrêté le meurtre de la planète. Ni, d’ailleurs, celui de qui que ce soit. Nous n’avons même pas réussi à le ralentir. Il est embarrassant de devoir expliquer pourquoi c’est là le seul critère qui importe réellement, mais, au point où nous en sommes, l’embarras est le dernier de nos soucis. La santé de la planète est le seul critère qui importe réellement parce que sans une planète vivante plus rien n’importe, puisque plus rien n’existe. Comparé à cela, le nombre de livres qu’on peut publier ne compte pas. S’assumer financièrement ne compte pas. La vie en elle-même est plus importante que ce que l’on crée.

Ces jours-ci, au réveil, je suis encore moins certain de ce que ma décision d’écrire soit la bonne. Je sais qu’une culture de résistance a besoin de toutes formes d’actions, de l’écriture à la manifestation, jusqu’au démantèlement physique de toutes ces infrastructures destructrices. & que trop peu de gens incitent à entreprendre des actions à la mesure de ce qui menace la planète. Ainsi, pour le meilleur et pour le pire, la plupart des matins, articuler la vérité, la défendre et inciter d’autres à la défendre à leur manière est la méthode de combat que j’ai choisie.

Le temps de l’attente est passé depuis déjà longtemps. Il est temps de stopper cette culture qui détruit la vie sur terre. Alors prenez ma main. Prenez la main de tous ceux qui sont venus avant nous. Mais gardez une main libre, pour un poing levé ou pour prendre la plume. La santé des océans, des forêts, des rivières, des saumons, des esturgeons et des oiseaux migrateurs est bien plus importante que nos individualités ou que nos succès personnels. Leur santé sera la mesure de notre réussite.

Derrick Jensen


Traduction: Nicolas CASAUX

 

art écologie écriture environnement littérature résistance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire