Désastre technocratique

La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

La culture domi­nante, la civi­li­sa­tion indus­trielle, et ses formes précé­dentes (diverses civi­li­sa­tions), ont en commun certaines carac­té­ris­tiques fonda­men­tales, raison pour laquelle est aujourd’­hui établie une sorte de conti­nuité tempo­relle concep­tuelle appe­lée Histoire, basée sur une idée de progrès (de progres­sion). Des peuples pré-indus­triels deviennent ainsi indus­triels, puis post-indus­triels. […]

La civilisation et l’écocide : l’extinction d’une plante nommée Silphium (par Nicolas Casaux)

Une plante de l’An­­tiquité nommée Silphium fit la fortune de Cyrène, capi­­tale de la Cyré­­naïque, région hellé­­ni­­sée à l’ouest de l’Égypte, dans le nord-est de la Libye. Elle figure sur des pièces émises de 570 à 525 avant notre ère. Y figurent la plante entière, parfois la racine, une tige épaisse et canne­­lée, les gaines […]

La civilisation et l’écocide : l’histoire tragique du perroquet de l’Amérique du Nord (par Nicolas Casaux)

Saviez-vous que l’Amé­rique du Nord abri­tait autre­fois sa propre espèce de perroquet ? Très sociale, curieuse, empa­thique, ses plumes étaient d’un vert brillant et d’un jaune écla­tant. Une touffe rouge entou­rait son bec. Et, dites, ce qu’elle parlait ! […]

La démesure, l’ignorance systémique, et la destruction du monde naturel (par Nicolas Casaux)

Quelques éléments de réflexion sur la civi­li­sa­tion, la déme­sure, l’igno­rance systé­mique et la destruc­tion du monde natu­rel (l’éco­cide)…

Les médias de masse & le business de l’écologie™ : à propos du « jour du dépassement »

Entre les travaux de Noam Chom­sky, ceux de Serge Halimi, du Monde diplo­ma­tique, des médias comme Basta !, et de beau­coup d’autres, il devrait être évident et compris que les médias de masse sont un des prin­ci­paux outils de propa­gande de la classe diri­geante. À l’image de la société capi­ta­liste qu’ils défendent, leur raison d’être est égale­ment forte­ment lucra­tive. La vérité ne les inté­resse pas. Pas plus que le bon sens, la justice, ou la morale. C’est pourquoi, quand ils daignent discu­ter des problèmes écolo­giques graves géné­rés par la civi­li­sa­tion indus­trielle qui les a eux aussi créés, ils se débrouillent toujours pour que leur discours ne la menace en rien. […]

« Nous venons en amis », ou Comment apporter la lumière au cœur des ténèbres

« L’his­toire ne se répète pas, elle rime » : cette phrase attri­buée à Mark Twain est la devise qui hante le docu­men­taire d’Hu­bert Sauper, tourné en 2011, au moment de la « nais­sance d’une nation », l’ac­ces­sion à l’in­dé­pen­dance du Sud-Soudan. […]

Les réalités occultées du « progrès » technique : inégalités et désastres socio-écologiques (par Celia Izoard)

Le texte qui suit est tiré du livre « La machine est ton seigneur et ton maître », publié aux Éditions Agone en 2015. La classe créa­­tive des campus et le zoo des manu­­fac­­tures Une dizaine de géants de la sous-trai­­tance se divisent le marché de l’élec­­tro­­nique mondiale. La plupart sont taïwa­­nais (Foxconn, Pega­­tron, Quanta Compu­­ter, Compal […]

Le coût (in-)humain du « progrès » : J'ai avalé une lune de fer (& d'autres poèmes de Xu Lizhi)

Le texte et les poèmes qui suivent sont tirés du livre « La machine est ton seigneur et ton maître », publié aux Éditions Agone en 2015. […]

Résistance et activisme : comprendre la dépression grâce à l’écopsychologie (par Will Falk)

Je suis un acti­viste écolo­giste. Je souffre de dépres­sion. Être un acti­viste tout en souf­frant de dépres­sion me place direc­te­ment face à un dilemme sans issue : la destruc­tion du monde natu­rel engendre un stress qui exacerbe la dépres­sion. Mettre un terme à la destruc­tion du monde natu­rel soula­ge­rait le stress que je ressens, et, dès lors, apai­se­rait cette dépres­sion. Cepen­dant, agir pour mettre fin à la destruc­tion du monde natu­rel m’ex­pose à une grande quan­tité de stress, ce qui alimente à nouveau ma dépres­sion. […]

Page précédente Prochaine page