Antiprogressisme

Le coût (in-)humain du « progrès » : J'ai avalé une lune de fer (& d'autres poèmes de Xu Lizhi)

Le texte et les poèmes qui suivent sont tirés du livre « La machine est ton seigneur et ton maître », publié aux Éditions Agone en 2015. […]

L'écologisme se souciait de préserver le monde naturel — ce n'est plus le cas (par Mark Boyle)

La plupart d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martre des pins, sans abeilles melli­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans capuc­ci­nos, sans vols écono­miques et sans lave-vais­selle. […]

La dissimulation de l'écocide : le triomphe du mensonge et de la propagande (par Nicolas Casaux)

Le regard que l’on choi­sit de porter sur le monde qui nous entoure découle de notre éduca­tion — de notre condi­tion­ne­ment, de nos connais­sances. Ce qui explique pourquoi, malgré le dérou­le­ment actuel d’un véri­table drame socio-écolo­gique, celui-ci soit si peu discuté, à peine aperçu, et à peine dénoncé. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi ce drame peut se produire en premier lieu.

La nuisance philanthropique : corporations, ONG, électricité et nouveaux marchés

Le 21 janvier 2017, la chaîne Public Sénat (la chaîne de télé­vi­sion du Sénat français) a diffusé un nouvel épisode de sa série docu­men­taire « Les dessous de la mondia­li­sa­tion », inti­tulé « Bénin, soleil souve­rain ». Retour sur cette série à travers une analyse de cet épisode, en parti­cu­lier.

« Je hais mon époque de toutes mes forces » (par Antoine de Saint-Exupéry)

« Ainsi sommes-nous enfin libres. On nous a coupé les bras et les jambes, puis on nous a laissé libres de marcher. Mais je hais cette époque où l’homme devient, sous un tota­li­ta­risme univer­sel, bétail doux, poli et tranquille. On nous fait prendre ça pour un progrès moral ! […] »

L'écologie a-t-elle un futur à l'époque de Donald Trump ? (par Paul Kingsnorth)

La prési­dence de Trump va-t-elle engen­drer un désastre clima­tique, ou le mouve­ment écolo­giste va-t-il récu­pé­rer les rênes du débat ?

Le travail (par Roger Belbéoch)

Le travail est la préoc­cu­pa­tion majeure de tous, soit que l’on y consacre toute son éner­gie, comme la morale le voudrait, soit que l’on veuille y échap­per, car c’est une acti­vité fati­gante et chiante. […]

Défendre le vivant ou défendre la civilisation ? À propos de savoir ce que l’on veut (par Nicolas Casaux)

Un écolo­giste digne de ce nom est un défen­seur de la nature et des équi­libres biolo­giques, pas un défen­seur du « meilleur de ce que la civi­li­sa­tion nous a permis de déve­lop­per ».

Page précédente Prochaine page