Le mythe du progrès

Le développement durable est en train de détruire la planète ! (par Kim Hill)

Ne me parlez pas de développement durable. Vous voulez remettre en question mon mode de vie, mon impact, mon empreinte écologique ? Un monstre se tient au-dessus de nos têtes, dont l’empreinte est si gigantesque qu’il peut écraser une planète entière sous son pied, sans même s’en apercevoir ni s’en soucier. Ce monstre c’est la Civilisation Industrielle. Je refuse de soutenir ce monstre. Si la Terre doit vivre, le monstre doit mourir. Ceci est une déclaration de guerre.

Comment la technologie entrave l’évolution et détruit le monde (avec Douglas Tompkins)

Doug Tompkins, fondateur de The North Face, à propos de ses différends avec Steve Jobs, et de la raison pour laquelle nous devons démanteler notre société techno-industrielle. Article original, en anglais, publié le 11 juillet 2013 sur le site du Guardian. Doug Tompkins, fondateur des compagnies The North Face et Esprit, a joué un rôle déterminant […]

Les jeunes filles et les herbacées (par Lierre Keith)

[…] Ajoutez à cela le fait que toutes les civilisations se terminent par un effondrement. Toutes. Comment pourrait-il en être autrement lorsque votre mode de vie dépend de la destruction de l’endroit où vous vivez ? Le sol a disparu et le pétrole commence à manquer. En évitant les faits, nous nous assurons la pire des fins possible. […]

Il y a trop d'éléphants ! (par Armand Farrachi)

Ce massacre d’une ampleur inégalée depuis 65 millions d’années révèle de façon on ne peut plus criante la façon dont l’agression contre la vie s’accomplît sous des prétextes politiques, économiques ou culturels, et l’animal, représentant le plus légitime de la vie naturelle, ne serait-ce que par son besoin vital d’un monde grand, divers et vrai, nous montre, encore une fois, la voie sans issue où nous pousse la formidable avancée du saccage technologique. La disparition des espèces vivantes, engagée voilà cent cinquante ans, est en passe de s’achever, et la première moitié du XXIe siècle restera probablement dans l’Histoire, si tant est que cette Histoire se poursuive, comme l’époque de la désanimalisation du monde, en tous points comparable à la dératisation des égouts, mais à grande échelle. Car sur l’arche de Noé des temps industriels, la consigne, on l’a compris, est de passer par-dessus bord les rescapés du désastre.

La 6ème extinction de masse - comment l'être humain détruit la vie (Elizabeth Kolbert)

Au centre du Hall de la biodiversité du Muséum américain d’histoire naturelle se trouve une exposition incorporée dans le sol. L’exposition est organisée autour d’une plaque centrale expliquant qu’il y a eu 5 extinctions de masse depuis l’apparition des animaux complexes, il y a plus de 500 millions d’années. Selon la plaque, « le changement climatique mondial et d’autres facteurs, comprenant probablement des collisions entre la Terre et des objets extraterrestres » étaient responsables de ces extinctions. On peut aussi y lire que : « nous sommes actuellement au milieu de la sixième extinction, due cette fois-ci uniquement à la transformation du paysage écologique par l’être humain ». […]

Les poules préfèrent les cages ! (par Armand Farrachi)

Une étude « scientifique » sur le comportement des poules élevées en batterie a conclu qu’elles n’étaient pas gênées par leur cage, mais s’y trouvaient au contraire plus en sécurité qu’ailleurs. De là à prétendre que les poules préfèrent les cages, il n’y a qu’un pas. Pourquoi ne pas dire alors que les veaux préfèrent l’obscurité, les otaries les cirques, les Indiens les réserves, ou que les humains se plaisent dans un environnement dévasté ?

Que sommes-nous censés faire de nos vies, sachant que nous nous dirigeons vers un effondrement?

Si vous avez 20 ans aujourd’hui, à quoi bon? A quoi bon les enfants, la carrière, l’arrêt de la cigarette, la construction d’une famille, l’éducation, ou tout ce qui requiert quelque effort que ce soit ? Pourquoi devrions-nous passer nos années post-adolescence à viser la stabilité matérielle, quand nous savons que cette stabilité commencera à s’effriter dans 15 ans, peu importe nos agissements ?

La mondialisation & les ravages de la nouvelle Pangée (par Ray Grigg)

Les continents, ayant été écologiquement isolés pendant des millions d’années, étaient alors reconnectés — pas géologiquement par le mouvement de la tectonique des plaques mais par les mouvements physiques des humains transportant des produits commerciaux, des plantes, des animaux, des virus et leurs cultures particulières. Le monde n’allait plus jamais être le même.

La fin du paysan (par Bernard Charbonneau - 1969)

Demain il n’y aura sans doute que Rome ou le désert. Le paysan était englobé dans le cosmos, il va l’être dans la société. Il se définissait à la fois par sa relation avec le milieu naturel et son autonomie vis-à-vis de la totalité sociale, dans une économie semi-capitaliste il dépend à la fois des caprices du marché et des avatars de la politique.[…]

Previous page Next page