web analytics

Fabrique du consentement

A propos des médias “indépendants/alternatifs/libres”, de l’écologie d’État et de l’insoumission docile

Basta Mag, Reporterre, Kaizen, les Colibris, Demain le film, Jean-Luc Mélenchon… si ceux-là ne sont pas tous directement liés, sauf par le progressisme politiquement correct dont ils font montre, aux yeux de beaucoup, ils représentent le potentiel de changement en vue d’un monde meilleur. Ceux qui suivent nos publications comprennent sans doute pourquoi nous sommes loin de partager ce point de vue, qui relève des profondes illusions et de la confusion distillées par la société du spectacle. Quoi qu’il en soit, il nous paraît important de l’expliquer le plus clairement possible. […]


L’écologie™ du spectacle et ses illusions vertes (espoir, “progrès” & énergies “renouvelables”)

Contre le dessèchement de la pensée par la répétition paresseuse de sempiternels lieux communs ou par une frénésie conceptualisatrice faisant souvent fi de toute rigueur, l’exercice scrupuleux de l’esprit critique mérite, me semble-t-il, d’être instamment réhabilité. […]


Du “développement durable” au capitalisme vert (par Derrick Jensen)

Le mot soutenable [ou “durable”, NdT] n’est plus qu’un Gloire au seigneur ! pour les éco-adeptes. C’est un mot qui permet aux corporatistes commerciaux, avec leurs bons sentiments “verts” médiatiques, de rejoindre l’impitoyable déni des privilégiés. C’est un mot que je n’ose presque pas utiliser tellement les moralistes paresseux, les individualistes suffisants et les groupies de l’utopie techno-consumériste à venir l’ont vidé de son sens. […]


L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme “vert” (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait “l’appel du monde de demain”. Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. […]


Trump et comment nous en sommes arrivés là (par Derrick Jensen)

La décadence de l’Empire entraine une résurgence des valeurs incarnées par Trump : la haine de la femme, le racisme, la désignation à la vindicte de ceux qui mettent des bâtons dans les roues de l’empire, et la volonté de faire tout et n’importe quoi pour maintenir cet empire, pour “rendre sa grandeur à l’Amérique [la Grèce, Rome, le Royaume-Uni, la Chine]”. […]


Ce qu’Obama lègue à l’Afrique : terrorisme, guerre civile & expansion militaire (par Eric Draitser)

omme prévu, les médias capitalistes débitent leurs rétrospectives vomitives de la présidence d’Obama, hypnotisant ainsi les US-Américains à l’aide de contes de fées sur les exploits progressistes du Président de l’Espoir et du Changement. Mais au milieu de la mémoire sélective et de la doublepensée qui se font passer pour une expertise sophistiquée au sein de la matrice des médias contrôlés, n’oublions pas qu’en Afrique, le nom de Barack Obama est désormais synonyme de déstabilisation, de mort et de destruction. […]


Le problème ce n’est pas Trump, c’est nous (par John Pilger)

Un excellent texte de John Pilger où il revient sur le fond du problème, qui n’est pas Trump, mais les millions de citoyens hypnotisés par la propagande omniprésente d’un système verrouillé et immuable (en France comme aux États-Unis), qui ne réagissent qu’en fonction des gesticulations des grands médias, des personnalités et de la culture mainstream (grand public) dans son ensemble ; ces millions de citoyens qui n’ont dit mot ou manifesté contre les agissements criminels d’Obama, mais qui obéissent immédiatement aux incitations médiatiques visant à dénigrer Donald Trump. Article initialement publié (en anglais), sur son site, le 17 janvier 2017.