web analytics

Guerre / Géopolitique

La parade des hypocrites – sous les feux de la rampe à Paris (par Pepe Escobar)

Une parade d’hy­po­cri­sie poli­tique sans précé­dent. La vision du Géné­ral Hollande, conqué­rant du Mali ; de David d’Ara­bie Came­ron ; d’An­gela « lais­sons les Ukrai­niens de l’Est mourir » Merkel ; d’Ah­med « Assad doit déga­ger » Davu­to­glu ; et même du Roi Sarko 1er, libé­ra­teur de la Libye ; sans parler de Bibi « solu­tion finale » Neta­nya­hou – tous para­dant pour la « liberté », « la liberté d’ex­pres­sion », et la « civi­li­sa­tion » contre la barba­rie, dans les rues de Paris, ferait trem­bler de dégoût les plus grands intel­lec­tuels de tradi­tion occi­den­tale, de Diogène à Voltaire et de Nietzsche à Karl Kraus.

Share



De l’utilisation du mot “terroriste”

Mais à l’ins­tar d’autres auteurs de violences poli­tiques massives, de l’in­di­vidu qui ouvrit le feu dans un temple Sikh dans le Wiscon­sin il y a quelques années, à celui qui attaqua une commu­nauté juive dans le Kansas en Avril, Brei­vik béné­fi­cie d’un lais­sez-passer de la part des médias.

Il est un « tueur en série » ou un « meur­trier de masse », pas un « terro­riste »…

Share

1984 – Science sans conscience sera ruine de l’homme?

Le ravage de la terre et des mers va de pair avec la proli­fé­ra­tion désor­don­née des tech­niques de contrôle social sur les peuples et les indi­vi­dus: autant qu’à maitri­ser la complexité natu­relle, l’or­di­na­teur servira à contrô­ler la spon­ta­néité et la variété humaines. —– [Bernard Char­bon­neau, le Feu Vert (1980)]

Share

[Rappel] “civilisation” – mode d’emploi…

Puisque les révo­lu­tion­naires socia­listes sont sans cesse repré­sen­tés comme des hommes de désordres, voulant boule­ver­ser la société sans utilité aucune, voyons un peu ce qu’elle est, cette société si parfaite, qui se déclare invio­lable et inat­taquable dans ses quali­tés ; voyons un peu à quel prix elle s’est établie sur le globe, et les moyens qu’elle a employés pour y arri­ver…

Share

5 ans après : Longue vie à Howard Zinn!

Mili­tant poli­tique puis univer­si­taire mili­tant, Howard Zinn n’a jamais redouté de s’en­ga­ger au service des Améri­cains, dont il a écrit l’his­toire “par en bas”, mémoire du peuple plutôt que mémoire des Etats. Radi­cal, paci­fiste, Zinn voyait “dans les plus infimes actes de protes­ta­tion les racines invi­sibles du chan­ge­ment social”…

Share