web analytics

avril 2015

Pourquoi notre développement technologique est insoutenable (inhumain et catastrophique pour l’environnement)

1- Une vidéo de la présentation de Philippe Bihouix (ingénieur spécialiste des métaux), lors de la conférence: “Vers une informatique éco-responsable ?” , le 23 avril 2015 au CNRS à Paris: Les métaux et l’avenir de…

Share

En soutien à Baltimore! – [ou] – Éclater des voitures de police est une stratégie politique logique!

La non-violence est un type de performance politique destinée à conscientiser et à gagner la sympathie des privilégiés. Lorsque ceux qui sont en dehors de la lutte — le blanc, le riche, l’hétéro, le non-handicapé, le mâle — ont à plusieurs reprises démontré qu’ils n’en avaient rien à faire, qu’ils ne s’investiraient pas, qu’ils n’iraient pas au front afin de défendre les opprimés, c’est alors une stratégie politique futile. Non seulement elle ne parvient pas à répondre aux besoins de la communauté, mais en plus elle aggrave le danger de violences auxquelles sont soumis les opprimés.

Share


Une question de choix (par Derrick Jensen)

Prétendre que la civilisation peut exister sans détruire son propre territoire, ainsi que celui des autres, et leurs cultures, c’est être complètement ignorant de l’histoire, de la biologie, de la thermodynamique, de la morale, et de l’instinct de conservation. & c’est n’avoir prêté absolument aucune attention aux six derniers millénaires.

Share

Contre l’industrie! (par Armand Farrachi)

En fait de créer des richesses, le fanatisme industriel ne crée que de la misère, non seulement en appauvrissant directement les populations et en augmentant leur dépendance par l’endettement, mais en épuisant encore ces richesses par de continuelles atteintes aux ressources terrestres. Aucun milieu n’est épargné : lacs, océans, rivières, forêts tropicales ou tempérées, déserts, sols fertiles, marais et tourbières, mangroves, récifs coralliens, estuaires, littoraux, atmosphère, plus rien n’est à l’abri de l’exploitation et du saccage, pas même l’espace sidéral puisque des milliers d’instruments et de déchets franchissent déjà les limites terrestres. De quelque mot qu’il se masque, le seul principe de notre civilisation productiviste est la destruction. Destruction des hommes, des cultures, des peuples, des milieux naturels, destruction même de cette économie qui, emportée par son élan criminel, s’autodétruit et ne trouve à se survivre qu’en détruisant ailleurs.

Share


La société cancérigène et les maladies de civilisation (par Armand Farrachi & Geneviève Barbier)

Texte extrait du livre « La société cancérigène : Lutte-t-on vraiment contre le cancer ? » coécrit par Geneviève Barbier et Armand Farrachi. L’Occident malade est comme subjugué par les efforts qu’il déploie contre son plus intime ennemi: il…

Share

Comment tout peut s’effondrer – La fin des énergies industrielles (et le mythe des renouvelables)

La présentation de Pablo Servigne et Raphael Stevens du 13 avril 2015, à la maison des métallos, à l’occasion de la parution de leur (excellent) livre:
“Comment tout peut s’effondrer: Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes,” sorti le 9 avril 2015 (éditions du Seuil), suivie d’un texte tiré de ce même livre.
Un livre qui présente de manière assez détaillée les multiples raisons qui font que notre civilisation, qui n’a jamais été soutenable, approche aujourd’hui des nombreuses limites inévitables auxquelles elle était appelée à se heurter.

Share