web analytics

[Rappel] « civilisation » – mode d’emploi…

Puisque les révolutionnaires socialistes sont sans cesse représentés comme des hommes de désordres, voulant bouleverser la société sans utilité aucune, voyons un peu ce qu’elle est, cette société si parfaite, qui se déclare inviolable et inattaquable dans ses qualités ; voyons un peu à quel prix elle s’est établie sur le globe, et les moyens qu’elle a employés pour y arriver…



Pourquoi je hais l’indifférence (par Antonio Gramsci)

« Je hais les indifférents. Je crois comme Friedrich Hebbel que « vivre signifie être partisans ». Il ne peut exister seulement des hommes, des étrangers à la cité. Celui qui vit vraiment ne peut qu’être citoyen, et prendre parti. L’indifférence c’est l’aboulie, le parasitisme, la lâcheté, ce n’est pas la vie. C’est pourquoi je hais les indifférents. »[…]


Anéantissez la presse! (par B. Traven)

Humains ! Vous n’avez qu’un ennemi. C’est le plus dépravé de tous. La tuberculose et la syphilis sont des fléaux terribles qui font souffrir l’homme. Mais il existe un fléau plus dévastateur que la peste qui ravage le corps et l’âme de l’homme, une épidémie incomparablement plus terrible, plus sournoise et plus pernicieuse : j’ai nommé la presse, cette catin publique.




L’affaire Sacco et Vanzetti (Par Howard Zinn)

« Combien d’entre vous savent quelque chose de l’affaire Sacco et Vanzetti ? Combien d’entre vous ne savent rien de l’affaire Sacco et Vanzetti? Et puis, il y a ceux qui connaissent l’affaire Sacco et Vanzetti sans la connaître. Au moment où je suis entré dans l’âge adulte et où je me suis politisé, l’affaire Sacco et Vanzetti m’est apparue comme l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire américaine… »