web analytics

activisme


Le piège d’une culpabilité perpétuelle (par Will Falk)

La culture domi­nante a tout inté­rêt à neutra­li­ser les gens par le biais de la culpa­bi­lité. Si elle parvient à convaincre suffi­sam­ment de personnes qu’elles sont respon­sables du mal et à les pétri­fier de douleur toute leur vie durant, elle aura alors bien moins besoin de contrainte physique pour soumettre les masses. […]

Share

La Révolution ne sera pas subventionnée (Extraits)

Le système non-lucra­tif a domes­tiqué une géné­ra­tion d’ac­ti­vistes. Ils ont échangé leurs grandes visions de chan­ge­ment social contre des salaires et des formu­laires ; renoncé à rallier des personnes à la cause en échange de propo­si­tions de subven­tions et de l’aide de fonda­tions ; et cédé le contrôle de leurs mouve­ments à des hommes d’af­faire dans leurs salles de confé­rence. […]

Share

La justice sociale et environnementale dépend de notre capacité à désobéir (par Max Wilbert)

Pourquoi le monde est-il en voie de destruc­tion ? Dans une large mesure, la réponse à cette ques­tion réside dans le consen­te­ment. La grande majo­rité des habi­tants de l’Em­pire apporte son soutien, que ce soit de manière active ou passive, aux systèmes de pouvoir – supré­ma­cisme blanc, capi­ta­lisme, civi­li­sa­tion indus­trielle, patriar­cat – qui sont en train de tuer la planète. Pourquoi se soumet-on à une auto­rité injuste ? C’est une ques­tion qui laisse perplexe.

Share


La « philanthropie » : moteur discret de l’impérialisme et de l’ingénierie sociale (par Arundhati Roy)

[…] Ce qui suit dans cet essai appa­raî­tra peut-être aux yeux de certains comme une critique assez sévère. D’un autre côté, dans le respect de la tradi­tion qui veut que l’on honore son adver­saire, cela pour­rait être inter­prété comme une recon­nais­sance de la vision, de la souplesse, de la subti­lité et de la ferme déter­mi­na­tion de ceux qui ont consa­cré leurs exis­tences à débar­ras­ser le monde de tout danger pour le capi­ta­lisme.

Share

Le temps est compté : interview avec un eco-saboteur (partie 1)

En 1993 Michael Carter a été arrêté et condamné pour acti­visme écolo­gique clan­des­tin (under­ground). Depuis, il travaille dans le domaine auto­risé (above­ground), luttant contre les ventes de bois d’oeuvre et les conces­sions pétro­lières et gazières, proté­geant les espèces mena­cées, et bien d’autres choses encore. Aujourd’­hui, il est membre de Deep Green Resis­tance Colo­rado Plateau et l’au­teur du récit King­fi­sher’s Song : Memo­ries Against Civi­li­za­tion. (Le Chant du Martin-Pêcheur : Souve­nirs Contre la Civi­li­sa­tion)

Share

Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

[…] Pour inver­ser la tendance, nous sommes pour la résis­tance directe — mais une résis­tance plus intel­li­gente, plus stra­té­gique, plus déci­sive, qui ne se soucie pas d’es­sayer de convaincre les masses ou de péti­tion­ner le gouver­ne­ment (bien que ces méthodes soient tout de même impor­tantes, et devraient être utili­sées en paral­lèle). Cette stra­té­gie soutient la forma­tion de groupes clan­des­tins haute­ment orga­ni­sés qui pren­draient la tête de la résis­tance, sabo­tant les nœuds cruciaux de l’in­fra­struc­ture indus­trielle afin de section­ner les artères du capi­ta­lisme mondial. […]

Share