art

Appel à tous les fanatiques (par Derrick Jensen)

Je pense souvent à cette phrase du psychiatre R.D. Laing, « Peu de livres, aujourd’hui, sont pardonnables ». Il a écrit cela, je pense, en raison de la profondeur de notre aliénation vis-à-vis de notre propre expérience, de qui nous sommes, et parce qu’étant donné la destructivité — vis-à-vis des autres comme de nous-mêmes — de cette aliénation, nous ferions mieux de contempler des pages blanches plutôt qu’un livre ne la considérant pas comme postulat de départ et n’œuvrant pas à la rectifier. […]

Des mots chargés ! L'écriture comme discipline de combat (par Derrick Jensen)

Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots peuvent servir d’armes au service de nos communautés. Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots devraient être utilisés comme des armes au service de nos communautés. Depuis bien trop longtemps, trop de critiques et professeurs nous disent que la littérature devrait être apolitique (comme si c’était possible), et que même les essais et les œuvres journalistiques devraient être « neutres » ou « objectifs » (comme si, encore une fois, c’était possible).

L'art, le divertissement et la destruction du monde (Stephanie McMillan, Derrick Jensen & Lewis Mumford)

[…] On nous enseigne qu’il est impoli de juger, d’être moraliste, qu’affirmer un point de vue viole l’esprit pur, transcendantal et neutre de l’art. Des putains de conneries de merde, conçues pour nous affaiblir et nous dépolitiser. Ces temps-ci, la neutralité n’existe pas — ne pas prendre position signifie soutenir et assister les exploiteurs et les meurtriers. Ne soyons ni les outils ni les bouffons du système. Les artistes ne sont ni des poltrons ni des mauviettes — nous sommes des résistants. Nous prenons position. Nous ripostons. […]

Previous page Next page