web analytics

corruption

Standing Rock, collusions, médias & profits : L’hégémonie du complexe industriel non-lucratif

Ce qui est sûr, c’est que ceux qui possèdent les médias (sans coïncidence aucune, les mêmes élites qui possèdent le Complexe Industriel Non-Lucratif, ou CINL) décident vers qui et vers quoi les projecteurs médiatiques sont tournés. Les défenseurs de la Terre amérindiens sont essentiellement ignorés, sauf lorsque cela sert les intérêts de l’élite.


Le mouvement illusoire de Bernie Sanders (par Chris Hedges)

Bernie Sanders, qui s’est attiré la sympathie de nombreux jeunes universitaires blancs, dans sa candidature à la présidence, prétend créer un mouvement et promet une révolution politique. Cette rhétorique n’est qu’une version mise à jour du « changement » promis en 2008 par la campagne de Barack Obama, et avant cela par la Coalition National Rainbow de Jesse Jackson. De telles campagnes électorales démocratiques, au mieux, élèvent la conscience politique. Mais elles n’engendrent ni mouvements ni révolutions. La campagne de Sanders ne sera pas différente.


Pourquoi les ONG sont un problème (par Stephanie McMillan)

Depuis cette conversation, les ONG ont proliféré comme des champignons dans le monde entier. D’abord déployées dans les formations sociales dominées par l’impérialisme, elles occupent aujourd’hui aussi la scène politique des pays qui sont la base du capitalisme. Elles sont devenues la nouvelle forme à la mode d’accumulation du capital, avec une portée mondiale et des milliards de revenus. Tout se prétendant « à but non-lucratif », elles servent de source de revenus importants pour ceux d’en haut, tout en gavant de larges couches de la petite bourgeoisie, leur permettant de s’étaler sur la classe ouvrière comme une couverture chauffante humide, mettant ainsi en sourdine ses revendications. […]


Le mouvement pour le climat est mort! (un compte-rendu de la COP21)

Nous ne pouvons pas continuer à attendre quoi que ce soit des groupes prêts à négocier avec l’état. Nous n’avons pas le temps pour cela. Le militarisme et l’impérialisme climatique sont les forces responsables de la situation des réfugiés climatiques, et du nombre de morts qui ne cesse d’augmenter rapidement. La répression étatique entrave tout progrès réel vers la libération raciale, sociale et environnementale.