web analytics

corruption


Standing Rock, collusions, médias & profits : L’hégémonie du complexe industriel non-lucratif

Ce qui est sûr, c’est que ceux qui possèdent les médias (sans coïn­ci­dence aucune, les mêmes élites qui possèdent le Complexe Indus­triel Non-Lucra­tif, ou CINL) décident vers qui et vers quoi les projec­teurs média­tiques sont tour­nés. Les défen­seurs de la Terre amérin­diens sont essen­tiel­le­ment igno­rés, sauf lorsque cela sert les inté­rêts de l’élite.

Share

Le mouvement illusoire de Bernie Sanders (par Chris Hedges)

Bernie Sanders, qui s’est attiré la sympa­thie de nombreux jeunes univer­si­taires blancs, dans sa candi­da­ture à la prési­dence, prétend créer un mouve­ment et promet une révo­lu­tion poli­tique. Cette rhéto­rique n’est qu’une version mise à jour du “chan­ge­ment” promis en 2008 par la campagne de Barack Obama, et avant cela par la Coali­tion Natio­nal Rain­bow de Jesse Jack­son. De telles campagnes élec­to­rales démo­cra­tiques, au mieux, élèvent la conscience poli­tique. Mais elles n’en­gendrent ni mouve­ments ni révo­lu­tions. La campagne de Sanders ne sera pas diffé­rente.

Share

Pourquoi les ONG sont un problème (par Stephanie McMillan)

Depuis cette conver­sa­tion, les ONG ont proli­féré comme des cham­pi­gnons dans le monde entier. D’abord déployées dans les forma­tions sociales domi­nées par l’im­pé­ria­lisme, elles occupent aujourd’­hui aussi la scène poli­tique des pays qui sont la base du capi­ta­lisme. Elles sont deve­nues la nouvelle forme à la mode d’ac­cu­mu­la­tion du capi­tal, avec une portée mondiale et des milliards de reve­nus. Tout se préten­dant “à but non-lucra­tif”, elles servent de source de reve­nus impor­tants pour ceux d’en haut, tout en gavant de larges couches de la petite bour­geoi­sie, leur permet­tant de s’éta­ler sur la classe ouvrière comme une couver­ture chauf­fante humide, mettant ainsi en sour­dine ses reven­di­ca­tions. […]

Share

Le mouvement pour le climat est mort! (un compte-rendu de la COP21)

Nous ne pouvons pas conti­nuer à attendre quoi que ce soit des groupes prêts à négo­cier avec l’état. Nous n’avons pas le temps pour cela. Le mili­ta­risme et l’im­pé­ria­lisme clima­tique sont les forces respon­sables de la situa­tion des réfu­giés clima­tiques, et du nombre de morts qui ne cesse d’aug­men­ter rapi­de­ment. La répres­sion étatique entrave tout progrès réel vers la libé­ra­tion raciale, sociale et envi­ron­ne­men­tale.

Share