web analytics

environnement


Imagine (par Derrick Jensen)

Le manque d’ima­gi­na­tion est une des (nombreuses) manières, pour cette culture, de détruire la planète. J’ai beau­coup pensé à cela après la catas­trophe nucléaire de Fuku­shima, et après avoir lu trois réac­tions typiques, dont chacune faisait montre de moins d’ima­gi­na­tion que la précé­dente. […]

Share

Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe écologique comparé à celui de chasseurs-cueilleurs

Le monde que nous occu­pons aujourd’­hui est très diffé­rent de celui qu’oc­cu­paient nos ancêtres pas-si-loin­tains. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère géolo­gique — l’An­thro­po­cène, marquée par l’em­preinte de l’homme — la défo­res­ta­tion mondiale, la fonte des calottes glaciaires et la dégra­da­tion géné­rale de la biosphère suscitent de graves préoc­cu­pa­tions. Mais une autre victime, souvent négli­gée, de cette nouvelle ère, est la diver­sité des micro-orga­nismes qui vivent sur et à l’in­té­rieur de nos corps (notam­ment les bacté­ries, les virus et les cham­pi­gnons). […]

Share

L’agriculture ou la pire erreur de l’histoire de l’humanité (par Jared Diamond & Clive Dennis)

De récentes décou­vertes, tout parti­cu­liè­re­ment, suggèrent que l’adop­tion de l’agri­cul­ture, suppo­sé­ment notre pas le plus déci­sif vers une vie meilleure, fut par certains aspects une catas­trophe dont nous ne sommes jamais remis. […]

Share

En Colombie-Britannique, avant la civilisation, les Premières Nations enrichissaient l’environnement

L’oc­cu­pa­tion humaine est habi­tuel­le­ment asso­ciée avec des paysages écolo­giques dété­rio­rés, mais une nouvelle recherche montre que 13 000 années d’oc­cu­pa­tion régu­lière de la Colom­bie Britan­nique par des Premières Nations ont eu l’ef­fet inverse, en augmen­tant la produc­ti­vité de la forêt vierge tempé­rée. […]

Share

Droits des communautés, publication #13: CASSER LA PLANÈTE

Même aux yeux des obser­va­teurs les plus désin­voltes, il est désor­mais clair que notre petit orbe bleu souffre beau­coup et depuis long­temps des effets de l’oc­cu­pa­tion humaine. Ce qui surprend n’est pas de consta­ter aujourd’­hui les effets de cette occu­pa­tion, mais que la planète ait été capable de les suppor­ter pendant si long­temps.

Share

Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

[…] Pour inver­ser la tendance, nous sommes pour la résis­tance directe — mais une résis­tance plus intel­li­gente, plus stra­té­gique, plus déci­sive, qui ne se soucie pas d’es­sayer de convaincre les masses ou de péti­tion­ner le gouver­ne­ment (bien que ces méthodes soient tout de même impor­tantes, et devraient être utili­sées en paral­lèle). Cette stra­té­gie soutient la forma­tion de groupes clan­des­tins haute­ment orga­ni­sés qui pren­draient la tête de la résis­tance, sabo­tant les nœuds cruciaux de l’in­fra­struc­ture indus­trielle afin de section­ner les artères du capi­ta­lisme mondial. […]

Share