manipulation

Le siècle du moi (série documentaire d'Adam Curtis, VOSTFR)

Réalisée pour la BBC en 2002, la série documentaire en quatre parties d’Adam Curtis intitulée, en anglais, The Century of the Self, que l’on pourrait traduire par Le siècle du moi, expose des évènements et des personnages trop peu connus du 20ème siècle, qui ont pourtant joué un rôle crucial dans l’élaboration des mal-nommées « démocraties » modernes (d’Edward Bernays à Matthew Freud, en passant par Anna Freud et bien d’autres). […]

A propos de notre très cher(e) futur(e) président(e) (par Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon)

Nous reproduisons ici, à toutes fins utiles, un extrait du livre de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, « Les Prédateurs au pouvoir, Main basse sur notre avenir », publié le 12 avril 2017 aux éditions Textuel. 1. Les Le Pen, l’Argent et le FN La destruction de la conscience de classe des dominés n’interdit pas le ressentiment […]

Le problème ce n'est pas Trump, c'est nous (par John Pilger)

Un excellent texte de John Pilger où il revient sur le fond du problème, qui n’est pas Trump, mais les millions de citoyens hypnotisés par la propagande omniprésente d’un système verrouillé et immuable (en France comme aux États-Unis), qui ne réagissent qu’en fonction des gesticulations des grands médias, des personnalités et de la culture mainstream (grand public) dans son ensemble ; ces millions de citoyens qui n’ont dit mot ou manifesté contre les agissements criminels d’Obama, mais qui obéissent immédiatement aux incitations médiatiques visant à dénigrer Donald Trump. Article initialement publié (en anglais), sur son site, le 17 janvier 2017.

Un optimisme pathologique : comment l'espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

En cette période de début d’une nouvelle année, bilans et perspectives futures sont publiés à tort et à travers par les médias de masse. Dans le monde entier, c’est la saison des rassurances. Avant d’en analyser quelques exemples (une vidéo éditée par Slate France et un article du quotidien Libération), il est bon de replacer la discussion dans son contexte. […]

La « philanthropie » : moteur discret de l'impérialisme et de l'ingénierie sociale (par Arundhati Roy)

[…] Ce qui suit dans cet essai apparaîtra peut-être aux yeux de certains comme une critique assez sévère. D’un autre côté, dans le respect de la tradition qui veut que l’on honore son adversaire, cela pourrait être interprété comme une reconnaissance de la vision, de la souplesse, de la subtilité et de la ferme détermination de ceux qui ont consacré leurs existences à débarrasser le monde de tout danger pour le capitalisme.

La nuisance positiviste : tirer profit de l'angoisse et entretenir le statu quo (l'exemple de PositivR)

Nous avons publié, sur notre site, plusieurs articles sur le thème du positivisme et de l’optimisme forcené, mensonger et aveuglant. Nous avons également publié plusieurs articles sur l’espoir et son ambivalence, sur le fait qu’il puisse être nuisible et paralysant, qu’il puisse servir de carotte pour continuer à faire avancer l’âne. C’est en cela que le site web PositivR et les sites du même acabit sont problématiques. […]

La révolution ne sera pas subventionnée ou l'échec absurde de la gauche (une interview avec Cory Morningstar)

[…] Il me semble que nous échouons à reconnaitre le niveau de notre propre endoctrinement. Des questions cruciales mises en avant il y a des siècles dans le discours sur la servitude volontaire d’Etienne de la Boétie demeurent sans réponses à ce jour. […]

Nous sommes tous l'État islamique (par Chris Hedges)

Le jeu du je-te-tue-tu-me-tues ne cessera qu’après épuisement, lorsque cette culture de mort nous aura brisés émotionnellement et physiquement. Nous utilisons nos drones, nos avions de chasse, nos missiles et notre artillerie pour éventrer des murs et des plafonds, exploser des fenêtres et tuer ou blesser ceux qu’ils abritent.

Parler de barbarie suppose qu'il y ait une civilisation à défendre! (par Jaime Semprun)

Parler de barbarie suppose qu’il y ait une civilisation à défendre, et pour établir l’existence de celle-ci, rien ne vaut bien sûr la présence d’une barbarie à combattre.

Previous page Next page