web analytics

politique

Où est notre Jeremy Corbyn? (Chris Hedges)

La poli­tique de Jeremy Corbyn, qui a remporté samedi une victoire écra­sante à la tête du Parti travailliste qui avait essuyé une défaite élec­to­rale en mai dernier, fait partie de la révolte globale contre la tyran­nie corpo­ra­tiste. Sa longue carrière avait été marquée par une mise à l’écart au sein même de la classe poli­tique de son pays. Mais n’ayant jamais renoncé aux idéaux socia­listes qui défi­nis­saient le vieux Parti travailliste, il est sorti intact du tas de fumier que repré­sente le néoli­bé­ra­lisme. Son inté­grité, ainsi que son audace, offrent une leçon à ceux qui, aux États-Unis, se défi­nissent comme appar­te­nant à la gauche, font de beaux discours, cherchent à compo­ser avec les élites au pouvoir — plus parti­cu­liè­re­ment avec le Parti démo­crate — et sont tota­le­ment dépour­vus de courage.

Share

La parade des hypocrites – sous les feux de la rampe à Paris (par Pepe Escobar)

Une parade d’hy­po­cri­sie poli­tique sans précé­dent. La vision du Géné­ral Hollande, conqué­rant du Mali ; de David d’Ara­bie Came­ron ; d’An­gela « lais­sons les Ukrai­niens de l’Est mourir » Merkel ; d’Ah­med « Assad doit déga­ger » Davu­to­glu ; et même du Roi Sarko 1er, libé­ra­teur de la Libye ; sans parler de Bibi « solu­tion finale » Neta­nya­hou – tous para­dant pour la « liberté », « la liberté d’ex­pres­sion », et la « civi­li­sa­tion » contre la barba­rie, dans les rues de Paris, ferait trem­bler de dégoût les plus grands intel­lec­tuels de tradi­tion occi­den­tale, de Diogène à Voltaire et de Nietzsche à Karl Kraus.

Share

Francis Dupuis-Déri – L’anarchie dans la philosophie politique (2007)

« Quel est le meilleur régime poli­tique ? » Voilà la ques­tion fonda­men­tale à laquelle la philo­so­phie poli­tique occi­den­tale s’est tradi­tion­nel­le­ment attri­bué le devoir de répondre, dénom­brant géné­ra­le­ment trois types purs de régimes (la monar­chie, l’aris­to­cra­tie et la démo­cra­tie) et un régime mixte (la répu­blique), consti­tué d’élé­ments des trois régimes purs. […] Quant à l’« anar­chie », les philo­sophes les plus influents de la tradi­tion occi­den­tale l’ont iden­ti­fiée comme la forme dégé­né­rée et patho­lo­gique de la démo­cra­tie, enten­due ici sous sa forme directe où tous les citoyens peuvent parti­ci­per à l’as­sem­blée où se prennent les déci­sions poli­tiques collec­ti­ve­ment et à la majo­rité.
Assi­mi­ler ainsi l’anar­chie à une forme dévoyée de la démo­cra­tie directe consti­tue une erreur grave qui appau­vrit la philo­so­phie poli­tique.

Share