web analytics

progressisme

A propos des médias “indépendants/alternatifs/libres”, de l’écologie d’État et de l’insoumission docile

Basta Mag, Repor­terre, Kaizen, les Coli­bris, Demain le film, Jean-Luc Mélen­chon… si ceux-là ne sont pas tous direc­te­ment liés, sauf par le progres­sisme poli­tique­ment correct dont ils font montre, aux yeux de beau­coup, ils repré­sentent le poten­tiel de chan­ge­ment en vue d’un monde meilleur. Ceux qui suivent nos publi­ca­tions comprennent sans doute pourquoi nous sommes loin de parta­ger ce point de vue, qui relève des profondes illu­sions et de la confu­sion distil­lées par la société du spec­tacle. Quoi qu’il en soit, il nous paraît impor­tant de l’ex­pliquer le plus clai­re­ment possible. […]

Share

La nuisance progressiste : l’exemple d’Idriss Aberkane (par Kevin Amara)

Cette renta­bi­li­sa­tion totale du monde ne saurait nous sauver. Pire, elle parti­cipe à creu­ser toujours plus le trou dans lequel nous nous enfonçons. La maté­ria­lité demeu­rera un facteur de première impor­tance, et il faut combattre le para­digme d’Aber­kane, qui n’est autre qu’une tenta­tive de rendre indé­pas­sable la société indus­trielle en l’iden­ti­fiant, dans l’es­prit de tous, à la Nature. […]

Share

La nuisance fataliste #2 : Elon Musk (par Daniel Oberhaus)

Il y a de fortes chances pour que vous ayez eu vent de la décla­ra­tion déli­rante d’Elon Musk, le PDG de SpaceX et de Tesla, lors de la confé­rence de code Recode de cet été. Selon le chou­chou de la Sili­con Valley, “les chances pour que nous vivions dans la réalité sont d’une sur des milliards”, ce qui signi­fie qu’il est quasi­ment certain que nous vivions dans une simu­la­tion infor­ma­tique créée par une loin­taine civi­li­sa­tion du futur. […]

Share

Du post-historique au post-humain : la déshumanisation progressiste (par Lewis Mumford)

La ligne possible de déve­lop­pe­ment que je vais main­te­nant prolon­ger repose sur l’hy­po­thèse que notre civi­li­sa­tion conti­nuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accor­dera toujours plus d’im­por­tance aux pratiques intro­duites à l’ori­gine par le capi­ta­lisme, la tech­nique de la machine, les sciences physiques, l’ad­mi­nis­tra­tion bureau­cra­tique et le gouver­ne­ment tota­li­taire; et que de leur côté ces pratiques se combi­ne­ront pour former un système parfai­te­ment clos sur lui-même, dirigé par une intel­li­gence déli­bé­ré­ment déper­son­na­li­sée. […]

Share




L’incohérence du socialisme: le mythe du progrès & le culte de la machine (par George Orwell)

[…] Le machi­nisme appelle le socia­lisme, mais le socia­lisme en tant que système mondial implique le machi­nisme, puisqu’il sous-entend certaines exigences incom­pa­tibles avec le mode de vie primi­tif. Il exige, par exemple, une inter­com­mu­ni­ca­tion constante et un échange perpé­tuel de marchan­dises entre les diffé­rents points du globe. Il exige un certain degré de centra­li­sa­tion. Il exige un niveau de vie sensi­ble­ment égal pour tous les êtres humains et, sans doute, une certaine unifor­mité dans l’édu­ca­tion. […]

Share