santé

Une brève contre-histoire du “progrès” et de ses effets sur la santé de l’être humain (par Nicolas Casaux)

A notre époque, et dans nos sociétés industrielles, il est difficile de faire entendre la moindre critique de l’idée de progrès. On se retrouve bien souvent immédiatement traité de passéiste, de réactionnaire, d’obscurantiste, de conservateur, de rétrograde, de toutes sortes de choses. Et pourtant, notre santé et notre qualité de vie se dégradent actuellement en raison d’un grand nombre de problèmes sanitaires qui ont émergés à cause de ce soi-disant « progrès » (et de la civilisation), et qui sont désormais connus et étudiés par les institutions scientifiques du monde entier (je mentionne cela parce que beaucoup trop de mes contemporains ne jurent que par elles, la Science™ étant l’autorité moderne). Voyons donc. […]

Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe écologique comparé à celui de chasseurs-cueilleurs

Le monde que nous occupons aujourd’hui est très différent de celui qu’occupaient nos ancêtres pas-si-lointains. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère géologique — l’Anthropocène, marquée par l’empreinte de l’homme — la déforestation mondiale, la fonte des calottes glaciaires et la dégradation générale de la biosphère suscitent de graves préoccupations. Mais une autre victime, souvent négligée, de cette nouvelle ère, est la diversité des micro-organismes qui vivent sur et à l’intérieur de nos corps (notamment les bactéries, les virus et les champignons). […]

« L’héroïne électronique » : comment les écrans transforment les enfants en drogués psychotiques

Il y a une raison pour laquelle les parents les plus méfiants face à la technologie sont les concepteurs et les ingénieurs en technologie. Steve Jobs était bien connu pour être un parent anti-technologie. Les directeurs techniques et ingénieurs de la Silicon Valley placent leurs enfants dans les écoles Waldorf, non-technologisées. Les fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page sont issus d’écoles Montessori, non-technologisées, à l’instar du créateur d’Amazon Jeff Bezos et du fondateur de Wikipédia Jimmy Wales. […]

Avant la civilisation : peu de caries, des mâchoires parfaitement adaptées aux dents et des os plus solides

L’émergence des pratiques agricoles ont déclenché des changements significatifs dans la structure de la mâchoire des humains, menant aux problèmes dentaires dont nous souffrons encore aujourd’hui. […]

Les chasseurs-cueilleurs bénéficiaient de vies longues et saines (REWILD)

Si l’on en croit les idées reçues, au fil du temps, les progrès de la médecine, ou du moins en matière d’hygiène, auraient permis l’accès à une longévité accrue et à une vie plus saine. On pense que sans les bienfaits de ces progrès, les gens, dans le passé, pouvaient s’estimer heureux d’atteindre ce que l’on considère aujourd’hui comme l’âge moyen. Cependant, ainsi qu’il en est de bon nombre d’idées reçues, il existe peu de preuves à l’appui de ces hypothèses. La vérité est tout autre et bien plus complexe.

Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain (par Chris Hedges)

Parras et ceux qui vivent près de chez lui font partie des centaines de millions d’humains sacrifiés sur l’autel des exigences du capitalisme industriel. Ils sont, depuis la naissance, condamnés à subir la pauvreté, la maladie, la contamination toxique, et souvent, la mort prématurée. Ils sont obligés de s’agenouiller comme des captifs enchaînés, pour être tués sur l’autel du capitalisme au nom du progrès. […]

Monsanto est au courant du lien entre glyphosate et cancer depuis 35 ans

Traduction d’un article initialement publié (le 8 avril 2015) en anglais à l’adresse suivante (à consulter également pour les notes de texte, en anglais aussi du coup): http://www.gmfreecymru.org/documents/monsanto_knew_of_glyphosate.html Selon des preuves mises à jour par des archives de l’EPA (Environmental Protection Agency, agence de protection de l’environnement) aux États-Unis, il apparaît que Monsanto était pleinement […]

La société cancérigène et les maladies de civilisation (par Armand Farrachi & Geneviève Barbier)

Texte extrait du livre La société cancérigène : Lutte-t-on vraiment contre le cancer ? coécrit par Geneviève Barbier et Armand Farrachi. L’Occident malade est comme subjugué par les efforts qu’il déploie contre son plus intime ennemi: il admire ses hôpitaux comme des palais, se flatte de ses chercheurs devenus ses champions, défend ses médicaments qu’il donne pour […]

Previous page Next page