web analytics

technique

La technique, la technologie et la machine (par Jean-Marc Mandosio)

Avant d’abor­der le condi­tion­ne­ment néotech­no­lo­gique propre­ment dit, nous allons préci­ser ce que nous enten­dons par tech­nique et tech­no­lo­gie. L’une des carac­té­ris­tiques les plus frap­pantes de l’abon­dante litté­ra­ture consa­crée à “la tech­nique” est que la notion même de tech­nique n’y est presque jamais défi­nie, comme si elle allait de soi ; or c’est loin d’être le cas, et il règne souvent dans ce domaine un certain flou, propice aux malen­ten­dus. Il nous faut donc procé­der à quelques mises au point indis­pen­sables, qui vont rapi­de­ment nous amener au cœur du sujet.

Share

Technocritique contre industrie [du mensonge] – (par François Jarrige)

Depuis l’ou­ver­ture des « Tobacco Docu­ments », ces archives secrètes ayant révélé les stra­té­gies déployées par les indus­triels du tabac pour façon­ner l’opi­nion, mani­pu­ler la science et empê­cher toute régu­la­tion de leur acti­vité, les enquêtes se sont multi­pliées sur les manières subtiles par lesquelles l’in­dus­trie fabrique le mensonge et sème le doute sur les décou­vertes menaçant ses profits.

Share

ALORS, ÇA VIENT ? Pourquoi la transition se fait attendre (par Pablo Servigne & Raphaël Stevens)

La tran­si­tion vers un monde soute­nable, on la souhaite, on la rêve… Et on l’at­tend toujours ! Mais qu’est-ce qui bloque ? Loin des théo­ries du grand complot ou du mythe des poli­ti­ciens incom­pé­tents et corrom­pus, cette iner­tie pour­rait être expliquée en grande partie par le phéno­mène de “lock-in”, lorsqu’un système tech­nique domi­nant tend natu­rel­le­ment à verrouiller l’émer­gence d’al­ter­na­tives.

Share

Le mythe de la machine : la pensée de Lewis Mumford

La civi­li­sa­tion moderne n’est plus qu’un véhi­cule gigan­tesque, lancé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accé­lé­rée. Ce véhi­cule ne possède malheu­reu­se­ment ni volant, ni frein, et le conduc­teur n’a d’autres ressources que d’ap­puyer sans cesse sur la pédale d’ac­cé­lé­ra­tion, tandis que, grisé par la vitesse et fasciné par la machine, il a tota­le­ment oublié quel peut être le but du voyage.

Share

[Il y a 70 ans!] “An deux mille” — Le progrès, la technique et la démocratie (par Bernard Charbonneau)

Nos moyens sont de plus en plus prodi­gieux et nos fins de plus en plus incer­taines. Il ne nous reste plus que des mots abstraits, la justice, la liberté, de plus en plus dépour­vus de puis­sance effec­tive. À part cela, un vague désir de bonheur physique, l’as­pi­ra­tion à un plus grand confort. Surtout le besoin d’aug­men­ter notre effi­ca­cité indi­vi­duelle ou sociale. Mais cette volonté de puis­sance elle-même n’est que le reflet des moyens dont nous dispo­sons, la joie des forces qu’ils nous commu­niquent. Cette fin-là, ce sont les moyens qui la créent. […]

Share

Techniques autoritaires et techniques démocratiques (par Lewis Mumford)

Pour parler sans ména­ge­ment, la thèse que je défends est celle-ci : depuis la fin des temps néoli­thiques au Moyen-Orient, jusqu’à nos jours, deux tech­niques ont pério­dique­ment existé côte à côte, l’une auto­ri­taire et l’autre démo­cra­tique ; la première émanant du centre du système, extrê­me­ment puis­sante mais par nature instable, la seconde diri­gée par l’homme, rela­ti­ve­ment faible mais ingé­nieuse et durable. Si j’ai raison, à moins que nous ne chan­gions radi­ca­le­ment de compor­te­ment, le moment est proche où ce qui nous reste de tech­nique démo­cra­tique sera tota­le­ment supprimé ou remplacé, et ainsi toute auto­no­mie rési­duelle sera anéan­tie ou n’aura d’exis­tence auto­ri­sée que dans des stra­té­gies perverses de gouver­ne­ment, comme les scru­tins natio­naux pour élire des diri­geants déjà choi­sis dans les pays tota­li­taires.

Share

Pourquoi notre développement technologique est insoutenable (inhumain et catastrophique pour l’environnement)

1– Une vidéo de la présen­­ta­­tion de Philippe Bihouix (ingé­­nieur spécia­­liste des métaux), lors de la confé­­rence: “Vers une infor­­ma­­tique éco-respon­­sable ?” , le 23 avril 2015 au CNRS à Paris: Les métaux et l’ave­­nir de…

Share

1984 – Science sans conscience sera ruine de l’homme?

Le ravage de la terre et des mers va de pair avec la proli­fé­ra­tion désor­don­née des tech­niques de contrôle social sur les peuples et les indi­vi­dus: autant qu’à maitri­ser la complexité natu­relle, l’or­di­na­teur servira à contrô­ler la spon­ta­néité et la variété humaines. —– [Bernard Char­bon­neau, le Feu Vert (1980)]

Share